X
Etre rappelé
Afin d'être rappelé, merci de remplir le formulaire suivant.
X
fr
en
de
nl
0033 (0)1 39 34 70 70
Une question, un renseignement ?Faites-vous rappeler
Menu
Accueil > Zoom sur > L’art du sous-titrage

L’art du sous-titrage

Agence internationale de sous-titrage audiovisuel

Le sous-titrage est une pratique courante dans le monde cinématographique. Pour une brève définition, le sous-titre constitue le texte écrit apparaissant en bas de l’image d’un film. Il permet de lire la traduction du dialogue prononcé par les personnages. Le sous-titre peut également s’agir du commentaire du narrateur du film. Généralement, il y a en environ mille sous-titres dans un long métrage d’1h30.

Cet article vous permet d’en savoir davantage sur les différents aspects du sous-titrage.

Les contraintes indispensables au sous-titrage

Le sous-titrage ne s’improvise pas et il nécessite l’intervention de véritables professionnels.

Les experts dans le domaine ont pour rôle de proposer une traduction fidèle et lisible du dialogue original. Afin d’alléger le texte écrit, le traducteur interprète veille à ne pas tout traduire. Prenons par exemple le cas de plusieurs personnages qui parlent tous en même temps. Pour assurer un sous-titrage fluide, il convient d’opter pour la réplique dominante. De plus, il faut éviter de répéter à l’écrit ce qui se répète à l’oral.

Par ailleurs, la société d'interprétation tient compte du temps de lecture. Par conséquent, le sous-titre n’apparaît que pendant 1 à 6 secondes selon sa longueur, mais aussi selon la durée du plan. Le principal objectif est de réaliser un sous-titre transparent. Un professionnel dans le domaine se doit de réaliser un sous-titre qui ne reste que quelques secondes à l’écran. La compréhension doit être alors rapide.

Les différentes étapes pour effectuer un sous-titrage

Le sous-titrage découle de plusieurs opérations qui sont réalisées par différents intervenants spécialisés.

Le repérage

Le repérage constitue la toute première étape d’un travail de sous-titrage. Il est généralement effectué dans un laboratoire cinématographique par le repéreur.

Au cours de cela, le technicien visionne le film en version originale et il repère les moments durant lesquels les sous-titres devront apparaître. Il utilise du time code, un code temporel s’exprimant en heure, minutes, secondes et images afin de repérer le début et la fin de chaque réplique du film. Le technicien repère chaque phrase de façon précise étant donné que le sous-titre doit correspondre au début de l’élocution. Notons que la cadence est de 24 images par seconde au cinéma.

Pour ce qui en est de la disparition du sous-titre, il est possible de laisser le sous-titre visible après la fin de la réplique. C’est surtout le cas si le temps de lecture semble trop court vis-à-vis de la durée de la phrase prononcée. Par contre, il ne faut pas dépasser les 6 secondes par sous-titre, d’autant plus qu’il devra disparaître au changement de plan suivant.

Dans le cas où un sous-titre persisterait d’un plan à l’autre, le spectateur qui découvre une nouvelle image devra lire le sous-titre. Pour les films au montage très serré, cette contrainte est assouplie afin de laisser un temps de lecture suffisant.

Pour chaque réplique, il est important de connaître le nombre de caractères contenu dans le sous-titre. Généralement, on compte 12 caractères par seconde de projection. Afin d’éviter d’encombrer l’image, le sous-titre doit occuper, au maximum 2 lignes, soit 35 caractères par ligne. D’ailleurs, le fait de doubler les lignes évite de lire d’un bord à l’autre de chaque image.

Une fois le repérage effectué, le technicien transmet son travail au bureau de traduction. Le traducteur saura facilement les répliques à traduire et la durée du sous-titrage à réaliser.

La traduction des sous-titres

Au cours de son intervention, l’agence d'interprétation adapte un dialogue oral en un dialogue écrit dans une autre langue. Plus qu’une question de traduction classique, l’objectif est d’adapter le sous-titrage à la culture du pays de réception. À titre d’exemple, prenons le cas d’un dessert populaire en Chine qui n’est pas connu en France. Le cabinet de traduction doit trouver un équivalent français ou doit le décrire brièvement. Le traducteur se doit d’avoir une parfaite maîtrise des deux langues, mais aussi des deux cultures. La traduction des dialogues se fait généralement de 2 à 3 semaines.

La simulation

Ce travail consiste à tester la projection du film avec les sous-titres. Il requiert l’intervention de l’interprète professionnel, du simulateur et du commanditaire du sous-titrage. La simulation permet de corriger le texte, le moment de son apparition et de sa disparition, son emplacement, etc.

L’impression des sous-titres

Plusieurs techniques peuvent être appliquées pour afficher le sous-titrage sur l’image du film : sous-titrage chimique, sous-titrage à chaud, sous-titrage laser et sous-titrage numérique.

Auparavant, le texte était inscrit sur la pellicule du film. De nos jours, le sous-titre est intégré à un fichier numérique dans le DCP (Digital Cinema Package). Il s’agit d’un support numérique de film en haute définition numérique. Il est essentiellement destiné aux salles de cinéma. Ainsi, le projectionniste de la salle de cinéma diffuse en même temps 2 fichiers sur l’écran. Il s’agit du fichier du film et celui du sous-titrage.

Les principes techniques du sous-titrage

Dans le cadre d’un sous-titrage à la télévision, il existe une spécificité entre la traduction de films ou d’émissions en version originale et l’affichage pour les personnes malentendantes et sourdes.

Les sous-titrages destinés aux personnes malentendantes constituent une retranscription écrite des dialogues et commentaires énoncés pendant un programme de télévision.

La création des sous-titres

Les sous-titres peuvent être créés à l’avance ou réalisés en temps réel pendant une émission en direct. Le sous-titrage en temps réel se réalise généralement lors des émissions télévisées (débat, journal télévisé, événement en direct…). Le travail requiert expertise et précision.

Le sous-titrage peut être réalisé via un sous-titreur vocal ou un vélotypiste. Ce dernier use d’un clavier de saisie rapide et orthographique qui permet d’écrire à la vitesse de la parole. Il doit respecter les contraintes d’une écriture syllabique. Cette méthode est essentiellement utilisée pendant la retransmission télévisée des questions posées au Sénat ou au Gouvernement à l’Assemblée nationale.

Quant au sous-titreur vocal qui est aussi nommé perroquet use d’un logiciel à reconnaissance vocale. Il répète ce qu’il entend et le logiciel réalise automatiquement les sous-titres selon les mots prononcés. Pour assurer la qualité de la traduction, un correcteur vérifie le texte écrit. Il se charge de corriger les fautes d’orthographe et les erreurs d’expression.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !